Colette LEVY
EXPOSE LITTERAIRE

Nous sommes incapables de parler de notre Pays sans émotion. . Emotion d'autant plus grande si ce pays s'appelle l’ALGERIE.

En 1962, âgée de 15 ans, je quitte l'Algérie. De ce fait, l'Algérie apparaît tel le printemps, c'est-à-dire sous les traits d'une profonde renaissance des sentiments et des souvenirs .

Dans le premier roman: « ALGERIE - AMOUR - AMITIE » paru en 1993, toute une jeunesse pieds-noirs est observée. La nostalgie fait revivre quelques us et coutumes d'une jeunesse « yé yé » des années 60.

Ce roman s'ouvre sur « SOUVENIRS d'ALGERIE » la ville de BONE est située, les amis sont sincèrement représentés. Les personnages célèbres sont évoqués. La guerre d'Algérie se découvre délicatement en filigrane et ce page 14 « Parfois, la vie s'écoulait doucement, et si doucement qu'il nous semblait que la guerre n'existait pas. Ce qui m'en fit prendre conscience ce fut quand on me remit une lettre de mon ami Jean-Jacques , dans laquelle il m'expliquait qu'il avait pris le maquis et qu'il militait pour l'Algérie Française ».

Et page 15. « La jeunesse et la guerre devaient nous stimuler et nous encourager à vivre passionnément chaque instant de vie » . Au fur et à mesure que le temps passait, la guerre se faisait de plus en plus dure et dans les années 61, beaucoup songeaient à partir pour la Métropole.

22 pages sont consacrées, d'une part, à l'insouciance de la jeunesse et d'autre part, aux coutumes décrites à travers les « kermesses » et les boums du samedi soir. Aux plaisirs partagés entre amis et famille. Tout ce monde évolue sous un ciel bleu à l'infini et une Méditerranée aux reflets d'argent, bordée de sable d'or.

la 2ème partie du roman commence page 23, où toute une intrigue amoureuse va lier Albert et Claudine, deux enfants du pays,. Juliette sera la confidente et comme chez Molière, saura nous dévoiler quelques secrets des deux héros principaux.

Mais l'Algérie reste bien présente à travers les pages 42 et 43 : « L'INOUBLIABLE ALGERIE ». L'histoire va nous conduire dans les confins des sentiments partagés entre l'amour et l'amitié. Et la devise restera qu'en Amour comme en Amitié rien n'est jamais acquis.

On peut noter que l'on voyage beaucoup dans la deuxième partie, on parle de Genève, de l'Ardèche et l'on part même aux Etats-Unis.

Page : 80 , nous pouvons noter la déception amicale dont est victime Juliette : la confidente, et celle-ci s'exprime ainsi : « Je venais de comparer cette déception à celle ressentie en 1962, au moment du grand départ. Les années avaient passé mais le coeur était resté toujours aussi vulnérable et meurtri par ces cruels événements ». Le lecteur est pris dans un cas de conscience qui l'amène certainement à réfléchir sur le sens de l'Amitié.

L'amitié existe-t-elle vraiment entre un homme et une femme ?

La dernière page est également empreinte de cette satanée nostalgie : « Songeant encore à cette inoubliable Algérie où l'hiver n'existait pas ».

------------------------------------------

Quant au Deuxième roman: « PASSIONS » sorti en 1998 , il se tourne vers le relationnel Homme-Femme.

Mais l'Algérie est bien présente.

La nostalgie flotte délicatement comme un léger parfum sur les 3 parties du roman.

1ère partie - PREMIERE PASSION

P : 31 dans la partie « Nostalgie - Evasion », on peut lire: « Mais revoir L'Algérie de notre jeunesse, celle des beaux jours, celle où le Cours de la Révolution s'appelait encore le Cours BERTAGNA. Ce cours ressemble-t-il toujours à ce splendide cours Mirabeau Aixois ? ».

« Les plages blondes étendues sur des kilomètres propagent -elles toujours ce lourd parfum des eucalyptus ? »

P : 32 une certitude est annoncée : « Le pays est totalement différent, entièrement tourné vers l'Islam ».

L'Amitié est à nouveau évoquée

P : 32 « La guerre a tout emporté, balayé, mais n'a pu ensevelir mes souvenirs de jeunesse qui restent en moi telle une arme contre l'oubli et l'indifférence des gens que l'on a aimés, en l'occurrence ce sont mes amis d'enfance et de toujours ».

« tel un envoûtement, la nostalgie devient pénétrante, vibrante de pureté et de rituel » .

Il faut préciser qu'un certain suspens vient également agrémenter la première passion, elle tient le lecteur en haleine et peut l'intéresser dans la recherche de la vérité.

La deuxième partie est annoncée : La 2éme passion

Celle-ci se passe en Floride et nous entrame encore sur le domaine de la nostalgie notamment

P : 47 « ALGERIE-AMERIQUE : LIBERTE RETROUVEE »

Nous pouvons lire : « Je reconnais distinctement les visages resplendissants de beauté et de grâce de Jacques, Marc, Jean-Jacques, Alain, Danièle et tant d'autres amis de nos 18 ans » « Je revois le doux visage de quelques amies du Lycée, je veux parler de DOUNIA et de CHARA ». Ce sont deux musulmanes, amies de Lycée, et avec qui j'ai gardé des liens d'amitié.

Puis, l'impitoyable guerre est à nouveau évoquée P : 47 « Des adolescents de 15 ou 16 ans brandissent le drapeau français et entonnent ensemble la Marseillaise, j'entends les balles de l'ennemi crépiter, mon esprit se brouille volontairement et rejette l'idée du carnage ».

P : 49, la nostalgie est de nouveau dépeinte

Tout ce côté charmeur me fait encore une fois rêver à l'Algérie. Cette Algérie que je ressens si proche lorsqu'il m'arrive de rencontrer au détour d'une rue de Marseille, un ce ces visages familiers de mon adolescence. On ne voit plus les rides, ni les cheveux blancs, mais uniquement le regard et le sourire complices de tout un passé .... »

Ce voyage en Floride permet le dénouement de toute une intrigue amoureuse. Et annonce la troisième partie

« Troisième passion ».

Nous pouvons dire qu'elle est prémonitoire, car elle annonce déjà le troisième livre « LE RETOUR AUX SOURCES».

Deux enfants du Pays se retrouvent et essaient de construire ensemble une partie de leur vie. Il faut noter qu'un parallèle est établi entre l'Algérie et l'Amérique.

« Là-bas, les filles sont exubérantes, ont la peau dorée et portent des couleurs vives. Quant aux grands palmiers de Miami, ils ressemblent à ceux de chez nous, fiers et reposants, ils bordent les plages et les artères principales .... ».

LE RETOUR AUX SOURCES

Ce troisième roman est sorti en Mars de l'an 2000. Son titre devait être « le retour à l'unité » voulant ainsi définir la rencontre de 2 personnes n'en faisant plus qu'une.

La nostalgie de l'Algérie est définie dès la première page .

« Le printemps vient à peine de s'éveiller. Un soleil presque chaud nous fait des clins d'oeil. Un ciel uniformément bleu ressemble à celui de Bône. Le printemps tout de vert vêtu va nous entraîner dans les méandres du hasard et des souvenirs d'enfance ».

D'autre part, les 2 thèmes favoris « AMITIE » « AMOUR » reviennent en force.

P : 7- Dans la partie « Les amours de notre enfance « .Citation : « Bien longtemps après l'esprit s'évade et se pose sur l'Amitié, celle qui a bercé toute notre enfance, celle qui s'est éveillée en Algérie ».

« Un rêve bleu m'envahit : l'Algérie est là, bien présente à travers les parents et amis . Ces parents nous ont transmis des règles en matière d'amour. Nous avons été habitués à saisir les mains d'une maman toujours présente dans nos différents états d'âme de notre vie d'enfant ».

Puis l'amour est abordé

P : 7 « 15 ans déjà, tout s'éveille : le temps - la vie - l'amour va nous entraîner dans des histoires rocambolesques ».

Puis les souvenirs d'adolescents sont rappelés, pour mieux situer le personnage principal: JAMES

MARSEILLE est évoquée avec force

P : 9 « MARSEILLE tu nous accueilles dans la blancheur et la gouaille de ton accent « aïoli » Nos mains se touchent et se comprennent bien. Encore une chance que tu nous aies bien acceptés. Allez ! encore un effort, ça y est tu nous montres ton vrai visage : aimant et attachant, fier et protecteur.

P : 12 « Les retrouvailles de l'enfant du Pays nous entraîne vers la « mélodie d'Out Of Africa ». Afin que cette complainte revienne sur toutes les lèvres, pour célébrer ton retour parmi nous ».

P : 19 L'ENFANT DU PAYS

James l'enfant du pays, arpente la rue de Rome et rencontre JUDITH, également de là-bas. La scène se passe en 1998.

P :21 les coutumes sont encore décrites : le repas du dimanche - les endroits préférés de la jeunesse - l'esprit de famille se traduit bien page : 23 « Il faut savoir que lorsque le père prend la parole, toute la famille s'arrête pour reprendre avec lui, ses idées, son jugement et encourager ainsi le respect patriarcal » .

Nos idoles sont évoquées P : 24 : Alain Delon - Brigitte Bardot et les Platters ......

P : 28 à 34 : nous assistons aux « PREPARATIFS D'un MARIAGE » Entre une jeune fille pied noir et un Pathos (garçon de Métropole).

LA DEUXIEME PARTIE ANNONCE

P : 37 « Histoires d'Amour en tous genres »

Le lecteur peut alors sourire à la lecture de certains quartiers de Marseille.

C'est un passage de pure détente et assez amusant.

LA TROISIEME PARTIE EST LA PRINCIPALE.

« LE RETOUR VERS L'AUTRE »

C'est d'une part, un hymne à la vie Associative « L'Association des Enfants de Bône » , mais les amis d'enfance sont toujours présents.

P : 54 « Je vais vous faire revivre la boum du Samedi soir »

Puis, retour sur Marseille p :56

« Et toi ! Marseille ! qu'est-ce que tu fais là ? tu nous tends les bras et nous incites à la joie de vivre, Marseille ! tu nous berces de tes sirènes, tu nous grises de ta gouaille »

P / 56 les RETROUVAILLES ENTRE JUDITH ET JAMES se précisent.

3 grandes scènes se succèdent, comme sur une scène de théâtre -LE REPAS -LE COUCHER -LE LEVER

Mais la 4ème et dernière scène est annoncée

« LA VIE AU QUOTIDIEN »

L'ASSOCIATION est chaleureusement définie, avec toutes ses rencontres entre amis d'Algérie.

P : 70 les « JOURNEES PHOTO » sont évoquées avec émotion et passion. Chacun peut retrouver son lycée, ses professeurs, ses amis de classe. D'autres pourront reconnaître leur quartier et leur maison peut-être .....

P :75 ma lithographie préférée représente le fameux Cours BERTAGNA et son « Kiosque à musique ». Le célèbre « BINGUECHE » , l'idole des enfants, le brave du village, est représenté de dos. Et puis, tous les amis sont là ......

P : 83 LA SOIREE LOTO est évoquée, elle est émouvante et témoigne tout le côté bon enfant de notre Association.

P : 85 : LA BUCHE DE NOEL arrive, nous sommes fin 1999 et l'on parle du grand Réveillon .....

Puis le ton devient plus grave : les deux catastrophes de décembre 1999 sont évoquées.

Il s'agit du NAUFRAGE DE l’ERIKA

Et de la « TORNADE DU 26 DECEMBRE 99 ».

Hommage est alors rendu à tous ces bénévoles qui se sont tant dévoués à vouloir aider les sinistrés. A nettoyer les magnifiques plages Bretonnes et Vendéennes. D'autres ont essayé de sauver encore quelques oiseaux englués de fuel.

Donc, P : 88 on peut lire tout cela.

L'histoire se poursuit entre JAMES et JUDITH et s'achève aux portes de l'an 2000 , accueilli avec le plus grand faste. La suite viendra peut-être pour le troisième millénaire .......

FIN

Page Précédente RETOUR Page Suivante